Sylvie Joly

L'après diner

Jean-Jacques, j’crois qu’on va y aller, hein ! T’as une réunion demain matin… bon, Jean-Jacques, on y va hein ! T’as les clés de la camionnette chéri, j’les ai pas moi, j’ai les clés de la cave…ah bon, alors on y va !

Sophie, c’était très sympa, vraiment ! On a passé une soirée… mais… extra ! En tous cas, bravo pour votre maison, vous en avez tiré un parti formidable…ça s’appelle des spots les trucs que vous avez mis au plafond ? Ah oui, c’est ça qu’on appelle des spots. La dernière fois qu’on est venu, y avait qu’une ampoule, ça change complètement l’ambiance de la… Sophie, surtout tu penseras à m’donner la recette de ta mousse au chocolat… vous embrasserez Roberto euh Ricardo, excusez-moi, non non, ne les dérange pas, ils sont en pleine discussion tous les deux. On a été enchanté de les connaître. Allez, on s’appelle hein !

Jean-Jacques, t’as les clés de la camionnette, j’les ai pas moi hein ! Comment ? Ah oui, on s’appelle ! Pas l’an prochain, on est pris tous les soirs ! Merci hein ! Tu les as les clés, tu vas pas me dire que tu les as pas ? On y va…allez tchao Sophie, au r’voir ! Oui, c’est ça, au revoir.

Ah j’suis crevée, ah, mets la gomme chéri, j’te jure que je suis pressée d’aller me coucher… pardon…dis donc, j’ai cru qu’ça finirait jamais… Sophie, elle a vieilli hein…en plus elle est grosse…bouffie…de là…on dirait Dizzie Gyllepsie.

Ah ! Cette mousse au chocolat ! Qu’est-ce qu’elle était aigre ! A mon avis, elle a dû prendre du vieux lait… Vraiment elle n’est pas fortiche. Oh, j’t’aurais présenté une mousse comme ça moi, même en camping, tu m’la foutais sur la figure et t’aurais pas eu tort.

Mais lui, quelle lopette. Cette espèce d’asperge, couvert de furoncles. A mon avis, il a une "blenno" lui, Serge. Faut vraiment avoir le cœur bien accroché. Tu m’excuses, il était à côté de moi à table. Il pue ! Infect !

Ce couple d’italiens ! Franchement, quelle idée de n’inviter que des cons pareils ! Elle a le chic pour dégotter de ces crétins même hors de France. Quand ils sont passés…oh ! Cette mousse ! Ralentis un peu Jean-Jacques s’il te plaît ! Il fait une chaleur dans cette saloperie de bagnole ! Tu peux pas ouvrir la fenêtre deux secondes ? Mais, ouvre pas ta fenêtre en grand, t’es malade, il fait moins zéro !

Quand ils ont passé les films de leurs gosses, j’crois qu’ça a été le bouquet. Il est effrayant leur fils. On dirait un cochon, un Muppet show, Mister Piggy. Excuse-moi, c’est nerveux. Ah, j’ai tellement eu chaud avec cette saloperie de chauffage par le sol que j’ai les jambes gonflées. Tiens, regarde ! j’arrive plus à enlever mes moon-boots !

Quoi ? Tu trouves que mes jambes sont comme d’habitude ? Mais tu rigoles ou quoi ? T’as pas vu ta tronche à toi par hasard ?

Mais quoi ? Tu es vexé parce que j’te dis que Sophie est vraiment moche et que c’est ta sœur ? Écoute Jean-Jacques, j’vais te dire…quand on voit la gueule de ton père ! Et de ta mère ! Franchement, Sophie, elle s’en tire pas mal ! Elle aurait dû être bien pire…

article Septembre 2015
retour

Site Officiel de Sylvie JOLY

Imprimer version mobile du site
style 1 style 2 style 3 style 4 style 5

Nouveau
Le blues des blouses...Le blues des blouses

Les hôpitaux publics sont malades et cela nous concerne tous !

Actualité du 14 nov 2019

14 nov 2019

Toutes les actus !

Agenda
Neurologie & Démence 2019
20 nov 2019
(durée : 2 jours)

Court MétrageCourt Métrage

42ème Festival et 35ème Marché International
Clermont-Ferrand
31 jan 2020
(durée: 9 jours)

31 jan 2020
(durée : 9 jours)

Tous les évènements


Facebook LinkedIn Twitter

Vous êtes ici: > > > Sylvie Joly
L'hôpital public en France est très malade !