Le blues des blouses

Lettre ouverte pour une prise de conscience

Nous sous-signés chefs de services et responsables d’unités de soins, médecins hospitaliers, cadres de santé, infirmières, aides-soignantes, sage-femmes, kinésithérapeutes, diététiciens, psychologues , agents hospitaliers, secrétaires, assistantes sociales, etc..
alertons une nouvelle fois sur l’aggravation des conditions de travail des soignants, médecins et personnels paramédicaux, entraînant une dégradation inacceptable des conditions d’accueil des patients et de la qualité des soins.

Un point de rupture est aujourd’hui franchi. La sécurité n’est plus assurée.

La situation est la même sur l’ensemble du territoire, conséquence d’une politique d’austérité appliquée de façon continue depuis 10 ans aux hôpitaux publics auxquels on demande toujours plus sans moyens supplémentaires.

Nous réclamons, en plus des plans annoncés par la ministre pour mieux organiser la médecine de proximité et améliorer la coordination entre les établissements de santé et la médecine de ville, un plan d’urgence pour l’ensemble des hôpitaux avec les mesures fortes suivantes :

Ce plan doit être élaboré dans chaque hôpital par l’ensemble des soignants.

Nous demandons l’organisation d’Etats généraux hospitaliers visant à rassembler les propositions concrètes en lien avec chaque territoire et à chiffrer leur financement en plus de la programmation du financement annoncée de la Sécurité sociale et pas par simple redéploiement consistant à déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Des économies doivent être faites grâce à la réduction des frais de gestion du système de santé (près de 16 milliards d’euros), la limitation des prix des traitements innovants et surtout l’amélioration de la pertinence des prescriptions et des actes dont plus de 20%, d’après la ministre, seraient injustifiés.

En attendant la mise en oeuvre de ces mesures urgentes pour sauver l’hôpital public, nous décidons de suspendre nos activités non médicales et non universitaires, y compris les activités liées à la T2A, aujourd’hui décriée par la ministre, mais toujours en place.

Nous appelons à un mouvement d’ensemble de tous les professionnels de santé, dans tous les territoires pour sauver l’hôpital public afin qu’il puisse jouer pleinement son rôle de recours sur lequel peut s’appuyer la médecine de ville.

Nous appelons à des réunions des équipes de soin par service et par établissement pour décider des actions et solliciter le soutien des usagers, de la population et des élu(e)s.

Cette motion est proposée à la signature. par le collectif inter-hôpitaux.
Les hôpitaux publics sont malades et cela nous concerne tous !
14 Novembre 2019

Communiqué de presse

Les manifestations du 14 novembre pour la défense de l’hôpital public ont atteint une ampleur jamais égalée. Elles ont réuni, à Paris et en régions, des associations de patients, des représentants des usagers, l’ensemble des professionnels de l’hôpital, les étudiants et les syndicats.

Malgré cette mobilisation massive, le premier ministre a refusé de recevoir des représentants du CIH. Le Président de la République a annoncé qu’un plan pour l’hôpital public serait présenté le mercredi 20 novembre, mais sans aucun chiffrage à ce jour.

Le CIH attend des annonces sur les points suivants :

  1. Une augmentation du budget hospitalier (ONDAM) à hauteur de l’augmentation des besoins et des charges (au minimum de 4%).
  2. Une augmentation significative des salaires des personnels hospitaliers avec comme objectif la moyenne des salaires des pays de l’OCDE pour des postes équivalents (augmentation immédiate de 300 euros nets mensuels pour tous les personnels non médicaux).
  3. L’arrêt des fermetures de lits d’hospitalisation et l’ouverture de lits dans les services où il existe des besoins, notamment pour l’aval des urgences et l’aval des soins aigus avec embauche des personnels nécessaires. Il faut déterminer pour chaque unité de soins, pour tous les services de l’hôpital, un quota de personnel requis pour garantir la sécurité des soins spécifiques de l’unité à la place du quota général actuel purement comptable.
  4. L’intégration et l’association des usagers et des soignants, toute catégorie confondue, aux décisions et projets de soins, pour créer de réels partenariats.

En absence de propositions concrètes sur ces revendications, nous poursuivons la mobilisation, dont la grève du codage et les actions locales avec les usagers et les syndicats.

Nous souhaitons continuer à alerter la population sur les conséquences graves pour les malades du manque de moyens, de personnels ou des conditions de travail dégradées en collectant ces événements.

Par ailleurs, au cours de l’assemblée générale du 14 novembre, certains ont exprimé leur intention de participer à titre personnel au mouvement du 5 décembre.

Le CIH appelle à une nouvelle manifestation unitaire le 30 novembre à Paris.

Nous appelons l’ensemble des collectifs d’associations d’usagers à rejoindre le mouvement de défense de l’hôpital public. Aujourd’hui les professionnels de l’hôpital et les futurs soignants veulent retrouver, pour et avec les usagers, le sens et les valeurs du soin essentiel à leurs pratiques.
Communiqué de presse du collectif inter-hôpitaux en date du 15 Novembre 2019

Imprimer version mobile du site
style 1 style 2 style 3 style 4 style 5

Nouveau
Pactum salis...Pactum salis

Michel, Jean, et même Henri sont des personnages hauts en couleur. Les descriptions sont un peu longues dans ce 2ème roman d'Olivier Bourdeaut, pour une lecture confinée au grand air, au rythme lent des marées !

Actualité du 28 mars 2020

28 mars 2020

Toutes les actus !

Agenda
Neuroscience 2020 (Différé)
11 mai 2020
(durée : 2 jours)

EAN 2020 (Congrès: virtuel)EAN 2020 (Congrès: virtuel)

6ème Congrès: Académie Européenne de Neurologie
Paris
25 mai 2020
(durée: 2 jours)

25 mai 2020
(durée : 2 jours)

Tous les évènements


Facebook LinkedIn Twitter

Vous êtes ici: Accueil > Le blog > Evènements
Covid-19 : Restez chez vous pour sauver des vies !